Chocolat Télévision
 


Géographie
Bangkok
Phuket
Koh Phi Phi
Pattaya
Histoire Thaïlande
Monarchie thaïlandaise
La Maison aux esprits
La langue thaï
L'éléphant, père de Bouddha
Politique / économie
Tsunami du 26 décembre 2004
Sport
Boxe thaïlandaise
Voyages Thaïlande
Compagnies aériennes thaïlandaises
Multimédia
Photos Bangkok
Vidéo Bangkok
Photos Phi Phi
Vidéo Koh Phi Phi
Vidéo Phuket
Plongée sous-marine

 
 

 


Etats-Unis
New York
Boston
Vallée de la mort
Chutes du Niagara
San Francisco
Las Vegas
Canada
Montréal
Polynésie Française
Tahiti
Moorea
Nouvelle-Zélande
Auckland
Rotorua
Nouvelle-Calédonie
Nouméa
Oua-Tom
Australie
Les Aborigènes
Kangourous / Koalas
Expatrié en Australie

 
 

 


Guide Rome
Saint-Domingue
Colombie
Amsterdam
Carnets de voyages
Téléchargement mp3
Actualités voyages

Plan du site
Contact

 
 

 Guide de la Thaïlande  
   


CHOCOLAT.TV > THAILANDE > TSUNAMI


Le Tsunami du 26 décembre 2004

Il était 7 heures 58 minutes et 50 secondes précisément ce matin-là lorsque les aiguilles des appareils sismologiques du bureau de géophysique de Djakarta en Indonésie s'agitent ; elles annoncent un tremblement de terre alors estimé à 6,4 sur l'échelle de Richter.

A 260km de là, au large de l'île indonésienne de Sumatra, les eaux commencent à s'agiter. Ce tremblement de terre se révèle être d'une intensité rare : 9.0 sur l'échelle ouverte de Richter, l'un des plus violents séismes jamais enregistrés au monde. Il s'active à 160 kilomètres de la terre la plus proche, sur la plaque tectonique indienne et la microplaque Andaman, à 30 mètres de fond. Il va bientôt créer une vague énorme et meurtrière, un raz-de-marée. C'est ce que les Japonais appellent un Tsunami.


Tsunami evacuation route


A 8h 38 (heure locale), quarante minutes après le séisme, la première vague haute de quinze mètre s'abat sur la désormais tristement célèbre province d'Aceh, en Indonésie et simultanément sur les Îles Nicobar (Inde).

20 minutes plus tard, le raz-de-marée atteint les îles de la mer d'Andaman et du Golfe du Bengale, le Sud de la Malaisie et de l'île de Sumatra.

45 minutes s'écoulent avant que ce mur d'eau d'une dizaine de mètres s'abatte sur la Thaïlande, la Birmanie l'Inde et le Sri Lanka… A ce moment-là, près de deux heures se sont écoulées depuis le tremblement de terre détecté au large de Sumatra.









45 autres minutes défilent avant que la vague n'atteigne le Bangladesh, et Singapour.

Près d'une demi-heure plus tard, le tsunami inonde Malé, la capitale des îles Maldives.

5 heures après, la vague déferle toujours et touche l'île Rodrigues, l'île Maurice, les Seychelles et la Réunion. Trois heures encore et le tsunami s'essouffle et termine sa course meurtrière à 5000km de l'épicentre du séisme, en Afrique sur les côtes somaliennes et tanzaniennes.

Cette énergie extrêmement puissante aurait définitivement modifié le visage de la Planète Terre, déplaçant la faille sismique d'une dizaine de mètres vers le sud-ouest. Les premières observations indiquent d'importants déplacements de certains reliefs, dans la région touchée. Les cartes géographiques devront être réétudiées. L'impact aurait aussi eu des conséquences infimes sur les pôles géographiques. Ce conséquent déplacement de masse au centre de la planète aurait ainsi écourté nos journées de trois microsecondes selon un géophysicien de la NASA.

De nombreuses répliques furent enregistrées les jours et les mois suivants, plongeant la population dans l'angoisse ; courant se réfugier dans la montagne dès la moindre rumeur pour les plus courageux qui avaient osé réintégrer les côtes. Une quarantaine de répliques dépassèrent la magnitude de 6. En mars 2005, un séisme de 8.7 a même été enregistré au large de l'île indonésienne de Nias. Aujourd'hui encore, l'activité sismique est inquiétante dans la région et attentivement surveillée par les spécialistes.

Longtemps, les estimations du nombre des victimes de la catastrophe furent hésitantes avant de se stabiliser dans toute leur horreur. Entre 216'858 (selon les autorités des gouvernements des pays concernés) et 223'492 (selon les Nations-Unies) personnes perdirent la vie ce matin-là et beaucoup de familles durent se résigner à ne jamais retrouver le corps de leur proche, emporté au large de la mer d'Andaman.

L'Indonésie, la terre la plus proche de l'épicentre, paie le plus lourd tribut, avec plus de 128'800 morts.

Le Sri Lanka déplore 31'000 victime. L'Inde plus de 12'400. La Thaïlande 5399 dont 2245 touristes étrangers. La Somalie, à 5000km de l'épicentre pourtant, près de 300 morts, essentiellement des pêcheurs en mer. Les Maldives, plus de 80 victimes. La Malaisie, plus de 60. La Tanzanie, 10. Les Seychelles, 3. Le Bangladesh 2. Le Kenya, 1.

Le bilan encore provisoire des victimes étrangères (touristes pour la plupart) fait état de plus de 3'040 victimes vivant dans plus de quarante pays différents, européens, asiatique et américains. 1870 corps ont été identifiés. L'Allemagne déplore le plus grand nombre de ressortissants touchés, plus de 480. La Suède, 461. La Grande-Bretagne, 135. La Finlande, 107. La France, 95, la Suisse, 87.

Sitôt les macabres décomptes effectués, les premières accusations se font entendre. Ce raz-de-marée aurait pu être prévu. La vague gigantesque a mis quarante longues minutes pour atteindre et dévaster les premiers pays côtiers, presque deux heures pour dévaster les îles de Thaïlande et du Sri Lanka. Mais sans système de surveillance et d'alerte efficaces, personne ne pouvait l'anticiper et fuir. Des témoins racontent même s'être approchés de la plage par curiosité pour observer l'étrange phénomène de la mer qui se retire massivement et rapidement, signe pourtant annonciateur du raz-de-marée à venir. Personne ne les a avertis.

C'est un drame saisissant au lendemain de Noël, sur fond de carte postale, entre les palmiers et le sable fin. Une catastrophe à des milliers de kilomètres de son chez soi qui est ressenti comme un traumatisme international, chacun s'identifiant à ses touristes occidentaux arrachés à la vie en pleines vacances. Le public est inondé d'images amateurs tournées par un peu tout le monde, de sa chambre d'hôtel ou de la terrasse du restaurant. Durant plusieurs semaines, les journaux télévisés du monde entier se focalisent uniquement sur le Tsunami le plus meurtrier de l'histoire.


Tsunami evacuation site


Aussitôt, les Nations Unies et les associations humanitaires actives sur le terrain lancent des campagnes de dons, massivement relayées par les médias, qui saluent chaque initiative personnelle. Les Allemands sont les plus solidaires, affectant plus d'un milliard d'euros de dons privés et publics à l'assistance aux victimes du Tsuanmi.

Il s'agit de la plus importante campagne de récoltes de dons de l'histoire humanitaire. La récolte dépasse toutes les attentes, tellement que Médecin sans frontière déclarera honnêtement avoir reçu trop de dons pour pouvoir tous les affecter aux victimes du Tsunami.

Les autres grandes associations n'en ont pas fait de même. Elles ont aujourd'hui bien du mal à justifier leurs maigres dépenses au vu des dons sans précédent recueillis. Une année après le drame, plusieurs journalistes ont enquêté dans la région et constaté que la pauvreté, la faim et les traumatismes étaient toujours là… mais pas les organisations humanitaires. Elles se défendent en prétextant une gestion prudente des dons et un travail sur le long terme, dans l'esprit du développement durable.

 




 
Société de production TV
 

Vidéo Plongée en Thaïlande

Vidéo Plongée sous-marine
 

Thaïlande