Chocolat Télévision
 


Vidéos
Vidéo Las Terrenas
Vidéo Las Galeras
Expatrié en République dominicaine
Rép. dominicaine
Bayahibe
Boca Chica
Cabarete
Juan Dolio
La Romana
Las Galeras
Puerto Plata
Punta Cana
Samana
Sosua
Histoire d'Hispaniola
Indiens Tainos
Rafael Trujillo
Parcs Nationaux
Mer des caraïbes
Tourisme tout-inclus
Baleines à bosse
Rhum et spécialités dominicaines
Santo Domingo
Hôtels
Restaurants
Las Terrenas
Restaurants
Location de villas
Excursions
Agences immobilières
Hôtels à Las Terrenas
Adresses utiles
Météo
Ambassades
Argent, banques et change
Voyages

Séjours en Repdom
Billets d'avion
Hôtels en République dominicaine
Transports
Autobus
Taxis
Location de voitures Aéroports
Vols internes
Voyageurs
Forums
Portails de la Repdom
Guides de voyages
Blogs Repdom
Carnets de voyages
Musique
Médias
Radios
Journaux
Télévisions
Loisirs
Golf
Plongée

 
 

 


Vidéos Tour du monde
New York
Las Vegas
Montréal
Tahiti / Moorea
Nouvelle-Zélande
Australie
Nouvelle Calédonie
Bangkok / Phuket

Thaïlande
Etats-Unis
Amsterdam
Chine
Colombie
Guide Rome
Téléchargement mp3
Choco Music
Plan du site
Contact

 
 

   


SAINT-DOMINGUE > MUSIQUE DOMINICAINE


La bachata et le merengue

Toutes deux originaires de République dominicaine, la première se veut romantique et sensuelle ; la deuxième rythmée et dansante, mais dans les deux cas, elles ne parlent presque exclusivement d'amour.

Danse en République dominicaine





Le merengue apparaît le premier près de la région de Cibao à la fin du 19e siècle. Les circonstances précises de son apparition et l'origine de son nom sont floues, cependant certains spécialistes l'assimilent au "méringue", un folklore haïtien.

C'est le dictateur Trujillo qui déclara le merengue "danse nationale officielle" de République dominicaine, reléguant la tumba, beaucoup plus populaire dans les classes aisées, au deuxième plan.

Traditionnellement interprété par un accordéon, le merengue contemporain s'est métissé au contact d'autres cultures latines, comme la salsa par exemple. Le piano et les cuivres sont venus appuyer la güira et la tambora, offrant un délicieux métissage.

La Bachata, elle, est interprétée par plusieurs guitares, jusqu'à quatre dans certains orchestres. La rythmique est soutenue par une basse et une section de percussions généralement composée d'un guiro, de maracas et d'un bongo. Le tout est dominé par la voix langoureuse et plaintive d'un homme - il n'existe aucune femme célèbre chanteuse de bachata… - qui parle de ses amours, de ses difficultés à conquérir l'élue de son cœur et dans de plus rares cas, de la difficile réalité sociale dans les classes les plus défavorisées du pays.

Longtemps confinée dans les campagnes, l'élite dominicaine méprisait cette musique "vulgaire" (le terme "Bachateros" désignait d'ailleurs de mauvais musiciens) jusqu'en 1991, lorsque Juan Luis Guerra lui offrit ses premières notes de noblesse avec son tube "Burbujas De Amor". D'autres grands noms suivirent, Alex Buno, Frank Reyes, Antony Santos et bien d'autres.

Le reste du monde découvrit la bachata durant l'été 2004 en dansant sur le tube planétaire "Obsession" du groupe dominicain "Aventura".

 




 
Société de production
 

Guide La République dominicaine

La République dominicaine
 

Bayahibe / Boca Chica / Cabarete / Juan Dolio / La Romana / Las Galeras / Las Terrenas / Puerto Plata / Punta Cana / Samana / Santo Domingo / Sosua