Chocolat Télévision
 


Vidéos
Vidéo Las Terrenas
Vidéo Las Galeras
Expatrié en République dominicaine
Rép. dominicaine
Bayahibe
Boca Chica
Cabarete
Juan Dolio
La Romana
Las Galeras
Puerto Plata
Punta Cana
Samana
Sosua
Histoire d'Hispaniola
Indiens Tainos
Rafael Trujillo
Parcs Nationaux
Mer des caraïbes
Tourisme tout-inclus
Baleines à bosse
Rhum et spécialités dominicaines
Santo Domingo
Hôtels
Restaurants
Las Terrenas
Restaurants
Location de villas
Excursions
Agences immobilières
Hôtels à Las Terrenas
Adresses utiles
Météo
Ambassades
Argent, banques et change
Voyages

Séjours en Repdom
Billets d'avion
Hôtels en République dominicaine
Transports
Autobus
Taxis
Location de voitures Aéroports
Vols internes
Voyageurs
Forums
Portails de la Repdom
Guides de voyages
Blogs Repdom
Carnets de voyages
Musique
Médias
Radios
Journaux
Télévisions
Loisirs
Golf
Plongée

 
 

 


Vidéos Tour du monde
New York
Las Vegas
Montréal
Tahiti / Moorea
Nouvelle-Zélande
Australie
Nouvelle Calédonie
Bangkok / Phuket

Thaïlande
Etats-Unis
Amsterdam
Chine
Colombie
Guide Rome
Téléchargement mp3
Choco Music
Plan du site
Contact

 
 

   


REPDOM > LAS TERRENAS > CARNETS DE VOYAGES


Comedor, cuisine typiquement dominicaine

A 13 heures, tout Las Terrenas s'arrête pour la pause de la mi-journée qui durera deux heures. Aujourd'hui, la pluie s'est enfin interrompue et un soleil de plomb tape sur le toit de palmes du Comedor de la Playa. Serge est déjà là, assis devant une Presidente infiniment fraîche, presque gelée.

Un Comedor, c'est un restaurant typique. Il est généralement tenu par les membres d'une même famille qui se répartissent les tâches, souvent les femmes à la cuisine et les hommes au service. Les prix sont locaux et n'ont pas vraiment subi l'inflation du tourisme ; on ne croise pas beaucoup d'étrangers dans ces restaurants-là.

Comedor La Playa, Las Terrenas





A Las Terrenas, il existe des dizaines de Comedor, trop pour tous les compter. N'importe quelle terrasse, n'importe quelle famille peut soudainement se métamorphoser en restaurant. Tous proposent, à quelques détails près, la même chose. De la masse de crabe, du ragoût de bœuf et du scampi, un gros escargot de mer gélatineux au goût très fort, coupé en petits dés, immergés dans une sauce tomates. La nourriture dominicaine est accompagnée de riz que l'on couvre abondamment d'une sauce de haricots blancs. Evidemment, toutes les variations et toutes les fantaisies sont autorisées à partir de ces ingrédients de base mais il faut avouer que la gastronomie n'est pas forcément ce que la République dominicaine a de mieux à proposer…

Christine arrive. Elle gare sa Pessola - un scooter infidèle qui la laisse trop souvent en plan - et nous rejoint au cœur d'une explosion de couleurs. Ce Comedor abrite aussi une galerie à ciel ouvert de peintures haïtiennes. On retrouve toujours les mêmes modèles, reproduits à l'infini et vendus un peu partout dans le village, mais je ne peux m'empêcher de les trouver beaux. Vifs, pleins de naïveté et de détails savoureux, ce sont de petits bouts de bonheur.

Mauvaise matinée pour Christine qui a dû longuement se débattre avec la compagnie téléphonique basée à Saint-Domingue. Les ouvriers du chantier voisin ont accidentellement coupé toutes les liaisons de l'agence immobilière et son interlocuteur n'y croit pas un mot, il la traite carrément de menteuse.

Pire, c'est lundi. Et tous les employeurs vous le diront : le lundi, c'est ingérable. Pour une raison qui m'échappe totalement, les Dominicains ne font pas la fête le samedi soir mais le lendemain. Tout le monde nous a formellement déconseillé de rouler de nuit en général et le dimanche soir en particulier. Et il faut vraiment le voir pour le croire. A la sortie de l'église, la journée est ponctuée de tournées de Brugal jusqu'à ce que la nuit tombe. Alors, des dizaines d'ombres imperceptibles dans l'obscurité rentrent, titubantes, à pied, ivres. Le lendemain matin, une terrible gueule de bois les terrasse - pour avoir essayé, il n'y absolument rien de pire que le rhum - alors, ils ne se rendent tout simplement pas au travail. C'est assez répandu et les employeurs sont indulgents ; ils ne renvoient pas les absents mais les privent simplement de leur salaire journalier. D'autres envoient un frère, un cousin, un ami en meilleur état et généralement, c'est bien accepté.

Aujourd'hui donc, c'est lundi et Christine a aussi dû gérer les innombrables désistements d'un lendemain de dimanche difficile...

Suite : Une raclette aux Caraïbes

Plus d'infos :

Restaurants à Las Terrenas
Cafés et restaurants de Las Terrenas, à Playa Bonita, Punta Popy, au village des pêcheurs et à Playa Coson.

 




 
Société de production
 

Guide La République dominicaine

La République dominicaine
 

Bayahibe / Boca Chica / Cabarete / Juan Dolio / La Romana / Las Galeras / Las Terrenas / Puerto Plata / Punta Cana / Samana / Santo Domingo / Sosua