Chocolat Télévision sur Internet
 République populaire de Chine  
   


CHOCOLAT TV > CHINE > DROITS DE L'HOMME


Les prisonniers d’opinion

Malgré ses beaux engagements de 2001, la Chine poursuit sans vergogne le musellement des voix dissidentes. Assignations à résidences, incarcérations, les répressions se succèdent malgré le mécontentement croissant de la communauté internationale.

En décembre 2004, Ye Guozhu est condamné à quatre ans de prison pour avoir demandé l’autorisation de manifester contre les expulsions forcées des logements à Pékin, dans le cadre des Jeux olympiques.

En octobre 2007, Wang Ling est condamnée à quinze mois de rééducation par le travail pour avoir signé des pétitions et préparé des banderoles dans le but de protester contre la démolition de son habitation.







En mars 2008, Yang Chunlin est condamné à cinq ans de prison pour avoir fait circuler une pétition : « Nous voulons les droits humains, pas les Jeux olympiques. »

En mars 2008 encore, Hu Jia est condamné à trois ans et demi de prison après des mois de résidence surveillée. Charismatique défenseur des droits humains dont il devient le porte-parole dans les médias étrangers, il est reconnu coupable d’ « incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat. » Le 10 septembre 2007, il écrivait sur son blog : « Tout le monde devrait savoir que le pays qui va bientôt accueillir les Jeux olympiques est un pays où il n’y a pas d’élections démocratiques, pas de liberté de religion, pas de tribunaux indépendants ni de syndicats indépendants. Il interdit les manifestations et les grèves. C’est un Etat où la torture et la discrimination sont fréquentes et qui a recours à un vaste système de police secrète. C’est une nation qui viole les normes relatives aux droits humains et à la dignité humaine et qui n’est pas prête à remplir ses obligations internationales. » (Propos retranscrits par Amnesty International dans son appel au ministre chinois de la justice pour la libération de Hu Jia, voir plus bas)

Sous les termes un peu flous de « séparatisme » ou de « subversion », le gouvernement central muselle les opposants. Amnesty International dénonce, à l’approche des Jeux Olympiques, un nombre croissant de dissidents placés en résidence surveillée ou incarcérés.

Formidable outil de contrôle pour le gouvernement, Internet et ses 210 millions d’utilisateurs chinois. Amnesty dénonce : « Des affichettes de la police (les) avertissent désormais (…) de ne pas se rendre sur les sites illégaux. Cette police virtuelle est visiblement destinée à encourager l’autocensure en rappelant aux utilisateurs que les autorités surveillent de près les activités sur la Toile. Il semble également que la Chine ait mis en place le système de censure et de filtrage sur Internet le plus étendu, le plus sophistiqué et le plus vaste au monde ».

 




 
 

Dossier Chine

La Chine, entre histoire, politique et tourisme
 

République populaire de Chine
Une civilisation quatre fois millénaire
Renaissance culturelle et économique
Un 20e siècle agité
De l'Empire au communisme
Mao Zedong
Politique de l'enfant unique
La Révolution culturelle
Les revoltes de Tian’anmen
Les droits humains, la peine de mort
Prisonniers d’opinion en Chine
Le Tibet
Tourisme en Chine
La Grande Muraille de Chine
La Cité interdite
Jeux olympiques de Pékin

Production audiovisuelle
 


Etats-Unis
New York
Boston
Vallée de la mort
Chutes du Niagara
San Francisco
Las Vegas
Canada
Montréal
Polynésie Française
Tahiti
Moorea
Nouvelle-Zélande
Auckland
Rotorua
Nouvelle-Calédonie
Nouméa
Oua-Tom
Australie
Les Aborigènes
Kangourous / Koalas
Expatrié en Australie
Thaïlande
Bangkok
Elephants de Phuket
Phi Phi Islands
Plongée sous-marine
République dominicaine

 
 

 


Tourisme au Tibet
Club Med en Chine
Tourisme en Chine
Les chinois, des touristes mal élevés ?

 
 

 


Téléchargement mp3
Carnets de voyages
Colombie
Guide Amsterdam
Guide Rome, Italie
Plan du site
Contact